Release details

2017-10-19 11:26 CEST
  • Print
  • Share Share
de fr

Conférence de presse du mercredi à l'occasion de la Conférence mondiale sur le cancer du poumon : Progrès PD-1/PD-L1 et interventions pour prévenir et traiter le cancer du poumon

YOKOHAMA, Japon, 2017-10-19  (GLOBE NEWSWIRE) -- La conférence de presse finale organisée à l'occasion de la 18e Conférence mondiale sur le cancer du poumon (WCLC) de l'Association internationale pour l'étude du cancer du poumon (IASLC) a mis en évidence de nouvelles avancées liées à la découverte du PD-1 et du PD-L1, y compris un exposé du chercheur crédité de la découverte du PD-1, ainsi que des interventions pour prévenir le cancer du poumon et améliorer la qualité de vie des patients atteints de cancer du poumon.

Innovations dans le traitement du cancer du poumon liées à la découverte du PD-1
Le professeur Tasuku Honjo, du Japon, qui a été le premier à identifier le PD-1 en 1992, a fait part d'une mise à jour sur la façon dont les bloqueurs PD-1 ont été largement utilisés pour traiter de nombreux types de cancers. Après des décennies d'étude, les recherches en matière de PD-1 ont permis des avancées révolutionnaires dans les traitements d'immunothérapie qui sont saluées comme étant « du même ordre que l'invention de la pénicilline » dans le traitement du cancer.

« Je crois que, tout comme un certain nombre d'antibiotiques développés à la suite de la découverte de la pénicilline protègent désormais les humains contre les menaces de maladies infectieuses, cette découverte jouera un rôle de majeur dans l'avancement de l'immunothérapie dans le cas du cancer », a déclaré le professeur Honjo. « À terme, la peur de mourir du cancer disparaîtra. »

Des recherches approfondies sur la thérapie combinée ont été entreprises par un certain nombre d'institutions. Plus précisément, le professeur Honjo pense que la thérapie combinatoire de blocage par PD-1 utilisant des activateurs mitochondriaux, en particulier les activateurs PGC-1(alpha), pourrait s'avérer prometteuse.

Projet Blueprint II de l'Association internationale pour l'étude du cancer du poumon
Le Dr Fred Hirsch, des États-Unis, et le Dr Ming Tsao, du Canada, ont fait part d'une mise à jour prometteuse sur la phase 2 du projet Blueprint PD-L1.

Le projet a débuté en 2014 lors d'un atelier dirigé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine, l'American Association for Cancer Research (AACR) et l'American Society of Clinical Oncology (ASCO). À la suite de l'atelier, le projet Blueprint PD-L1 a été mis sur pied, avec pour but principal de comparer les dosages de PD-L1 utilisés dans les essais cliniques en termes de performances analytiques et diagnostiques. Le consortium derrière le projet Blueprint comprenait des représentants de Bristol-Myers Squibb (BMS), de Merck, de Genentech/Roche, d'AstraZeneca, de Dako, de Ventana et d'AACR, ainsi que de l'IASLC, qui coordonne le projet.

« Dans la nouvelle ère de l'immunothérapie liée au cancer thoracique, l'évaluation du statut PD-L1 reste un défi clinique », a déclaré le Dr Hirsch. « La principale force du projet Blueprint PD-L1 est le partenariat unique entre les différentes sociétés pharmaceutiques et les sociétés de diagnostic, l'IASLC assurant la coordination du projet. »

Si l'on en croit l'étude de comparabilité de phase 1 Blueprint, trois dosages de PD-L1 (28-8, 22C3, SP263) ont affiché des performances analytiques comparables en termes d'évaluation de l'expression de PD-L1 sur les cellules tumorales, alors que le dosage SP-142 PD-L1 a semblé colorer un pourcentage plus faible de cellules tumorales que les autres dosages. En revanche, tous les dosages ont coloré les cellules immunitaires infiltrant la tumeur, mais avec une concordance médiocre entre les dosages. L'étude Blueprint de phase 2 portant sur des échantillons de cancer du poumon cliniques de routine et 25 pathologistes confirme en grande partie les résultats de l'étude Blueprint I, trois des dosages PD-L1, 22C3, 28-8 et SP263 sont donc comparables en termes de coloration des cellules tumorales. Les résultats ont également montré que les pathologistes sont très fiables dans la notation de l'expression PD-L1 sur les cellules tumorales, et que les notations par les lames de verre et par les images numériques sont comparables.

Les interventions d'engagement communautaire peuvent réduire les disparités dans les résultats des cancers du poumon parmi les minorités
Les interventions communautaires mises en oeuvre dans les sites communautaires minoritaires ont entraîné des changements dans les connaissances, les attitudes et les croyances des participants sur le cancer ainsi que les avantages perçus et les mesures d'efficacité personnelle concernant le dépistage du cancer du poumon, comme l'ont révélé les travaux de recherche présentés par le Dr Lovoria Williams de l'Université August aux États-Unis. Ces résultats jouent un rôle essentiel dans le traitement des disparités significatives en matière de taux de survie au cancer du poumon chez les minorités raciales et ethniques et les personnes médicalement mal desservies. Vous trouverez le communiqué de presse complet ici.

Des programmes d'exercice physique chez des patients souffrant d'un cancer du poumon à un stade avancé ont permis une récupération fonctionnelle, elle-même source d'avantages en termes de qualité de vie
Des exercices physiques et des interventions d'ordre psycho-social chez des patients souffrant d'un cancer du poumon à un stade avancé ont permis une augmentation de la capacité fonctionnelle, elle-même source d'avantages en termes de qualité de vie. Selon le Dr Morten Quist de l'Université de Copenhague au Danemark, le recours à une activité physique en groupe a permis une amélioration de la capacité fonctionnelle à la fin de l'intervention, avec une amélioration significative de la qualité de vie qui pourrait être liée à la récupération fonctionnelle. Vous trouverez le communiqué de presse complet ici.

Vous trouverez les retransmissions en direct des conférences de presse quotidiennes ici.

À propos de la WCLC
La Conférence mondiale sur le cancer du poumon (WCLC) est le plus important colloque au monde dédié au cancer du poumon et aux autres tumeurs malignes thoraciques, réunissant plus de 6 000 chercheurs, médecins et spécialistes venus de plus de 100 pays. Son objectif est de diffuser les dernières réalisations scientifiques, d'accroître la sensibilisation, la collaboration et la compréhension du cancer du poumon, et d'aider les participants à mettre en oeuvre les derniers développements en la matière dans le monde entier. Organisée sous le thème « Synergie pour conquérir le cancer du poumon », la conférence couvrira un large éventail de disciplines et dévoilera plusieurs travaux de recherche et résultats d'essais cliniques. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site wclc2017.iaslc.org.

À propos de l'IASLC
L'Association internationale pour l'étude du cancer du poumon (International Association for the Study of Lung Cancer - IASLC) est la seule organisation mondiale dédiée à l'étude du cancer du poumon et des autres tumeurs malignes thoraciques. Fondée en 1974, cette association regroupe plus de 6 500 spécialistes du cancer du poumon exerçant toutes disciplines confondues issus de 100 pays, formant ainsi un réseau mondial qui collabore à la lutte contre les cancers pulmonaires et thoraciques dans le monde entier. L'association publie également le Journal of Thoracic Oncology, la principale publication éducative et d'information sur les sujets touchant à la prévention, la détection, le diagnostic et le traitement de toutes les tumeurs malignes thoraciques. Veuillez consulter le site www.iaslc.org pour de plus amples informations.

Contacts :
Hillary Wasserman
Associée principale
HWasserman@GroupGordon.com
+1 732-778-1896

Becky Bunn, MSc
Directrice des relations publiques
Becky.Bunn@IASLC.org
+1 720-254-9509

HUG#2143011